Actualités dans l’hépatite virale C

L’hépatite virale chronique est un problème de santé publique à l’échelon mondial. Elle est l’une des premières causes de cirrhose, de cancer primitif du foie et de transplantation hépatique.

En France, près de 400 000 personnes sont porteuses du virus de l’hépatite C, dont 50 % ignorent leur diagnostic. L'hépatite C est en effet une maladie le plus souvent asymptomatique. Le diagnostic peut être fait très simplement par une prise de sang par la détection des anticorps (sérologie de l’hépatite C) et du virus lui-même (ARN du VHC). Le virus se transmet quasi exclusivement par le sang, et les principaux facteurs de risque de contamination sont la transfusion sanguine avant 1992 (il n’existait à l’époque pas de test) et la toxicomanie intra-veineuse.

Il est possible d’éliminer définitivement le virus par traitement. Le traitement de l’hépatite C est, depuis 20 ans, basé sur l’interféron, administré en injections par voie sous-cutanée. Malgré de nombreux effets secondaires (fatigue, fièvre, dépression), l’éradication virale n’était obtenue que dans environ 50 % des cas. Des progrès thérapeutiques spectaculaires ont été récemment accomplis. Aujourd’hui, des traitements très simples, reposant sur un ou deux comprimés d’antiviraux (tels que le sofosbuvir, daclatasvir ou siméprévir) pour une durée de 12 semaines et le plus souvent sans interféron permettent d’obtenir des taux d’éradication virale dans près de 95 % des cas, avec une excellente tolérance. Compte-tenu de leur prix élevé, ces médicaments sont pour l’instant réservés aux malades ayant une hépatite sévère.

La clinique d’hépato-gastroentérologie du CHU de Grenoble est labellisée centre expert des hépatites virales. Elle dispose des moyens modernes d’évaluation de la fibrose hépatique (tests sanguins, mesure échographique de la dureté du foie par élastométrie) et d’un laboratoire de prélèvement avec des infirmières spécialisées en éducation thérapeutique pour favoriser l’accompagnement des patients. La clinique participe également à de nombreux protocoles de recherche clinique qui peuvent permettre un accès précoce aux molécules de nouvelle génération. Elle travaille en réseau en particulier avec les hôpitaux généraux de la région par le biais des réunions de concertation pluridisciplinaire.

En conclusion, des progrès thérapeutiques spectaculaires ont vu le jour dans la prise en charge de l’hépatite C. Les principaux enjeux pour l’avenir sont le dépistage et l’accès au traitement pour l’ensemble des malades.

Pr Vincent Leroy
Clinique Universitaire d’hépato-gastroentérologie
Secrétariat : 04 76 76 93 68

Dernière mise à jour le 23/09/2015
chiffres clés
50 %Des personnes porteuses ignorent leur diagnostic.
tous les chiffres clés
point info
En France, près de 400 000 personnes sont porteuses du virus de l’hépatite C.