Prise en charge de l’endométriose sévère

L’endométriose, définie par la présence de tissu endométrial à l’extérieur de la cavité utérine, est une affection bénigne responsable d’infertilité ou de douleurs pelviennes

Par analogie au processus tumoral, les cellules endométriales peuvent survivre en dehors de la cavité utérine, s’implanter, et ensuite proliférer. Le processus de dissémination n’est pas parfaitement connu et même si les localisations les plus fréquentes concernent la sphère génitale, d’autres organes comme le foie ou les poumons peuvent être également atteints.
La multitude de ces symptômes en fait une maladie de diagnostic complexe.

Dans certains cas, ce sont les douleurs qui prédominent, dont la localisation est le plus souvent pelvienne, exacerbées pendant les périodes de règles. Dans d’autres cas, des perturbations d’autres organes (par exemple vessie ou intestin) peuvent témoigner d’un envahissement plus profond. Enfin l’endométriose peut être asymptomatique, découverte lors d’un bilan d’infertilité.
Ainsi, son mode de découverte est souvent retardé et les patientes peuvent parfois consulter plusieurs médecins avant d’arriver à son diagnostic.

La clinique universitaire de gynécologie obstétrique et médecine de la reproduction du CHU Grenoble Alpes est sensibilisée à cette pathologie qui est souvent méconnue et invalidante pour les femmes. Une consultation spécialisée auprès du docteur Thierry Michy qui est un des référents dans le domaine, permet le plus souvent d’orienter et cibler les examens complémentaires indispensables au diagnostic. Le traitement est fonction du stade de la maladie et des objectifs fixés entre la patiente et le médecin. Lorsque le traitement médical n’est pas approprié, une chirurgie, parfois lourde, est nécessaire. Enfin, dans le contexte d’une infertilité, une consultation spécialisée puis une discussion pluridisciplinaire permettent de proposer une prise en charge adaptée.

Lorsqu’il existe des atteintes multi-viscérales, le traitement chirurgical doit être multidisciplinaire. Les lésions digestives associées à l’endométriose pelvienne profonde sont présentes chez une patiente sur dix, nécessitant parfois un geste chirurgical de résection. En fonction du degré d’évolution de la maladie, une chirurgie par coelioscopie ou laparotomie peut être proposée. L’intervention a alors lieu en double équipe (soit au bloc opératoire de l’Hôpital Couple Enfant soit au bloc opératoire de l’hôpital Michallon) avec un chirurgien viscéral et un chirurgien gynécologue. Cette complémentarité chirurgicale permet aux patientes de bénéfi cier de l’expertise de praticiens spécialistes d’organes afin d’optimiser le traitement chirurgical.
Drs Reche et Michy
Les docteurs Thierry Michy, chirurgien gynécologue, et Fabian Reche, chirurgien viscéral, sont particulièrement impliqués dans la prise en charge chirurgicale de ces endométrioses sévères avec atteintes digestives et développent de nouvelles techniques chirurgicales bénéfi ques pour ces patientes. Depuis presque deux ans, le CHU Grenoble Alpes a fait l’acquisition du robot chirurgical da Vinci à double console. Cette technologie de pointe maitrisée par les deux opérateurs est parfaitement adaptée à ce type de prise en charge avec un gain en termes de suites opératoires pour les patientes.

Dans un avenir proche tous les dossiers d’endométriose profonde seront discutés dans le cadre d’une réunion de concertation pluridisciplinaire spécifique permettant d’établir un protocole thérapeutique individuel.

Dernière mise à jour le 20/01/2016