Editorial

Le Centre Hospitalier Universitaire de Grenoble reste souvent insuffisamment connu des praticiens de son territoire de recours tel que défini par l’Agence Régionale de Santé. C’est pour faire connaître le CHU que nous avons souhaité développer cette lettre d’information.
La 500e greffe hépatique est l’occasion de débuter la présentation du CHU dans son activité d’hépatologie. Les prochains numéros évoqueront d’autres activités de recours du CHU.

La prise en charge des maladies aiguës et chroniques du foie nécessite souvent une compétence et une expertise de CHU et s’appuie sur des médecins, des chirurgiens, des radiologues, des biologistes et des anatomopathologistes spécialisés. Les patients nous sont confiés par les médecins de ville ou des hôpitaux de l’Arc Alpin.

Ces maladies sont d’une part les hépatites fulminantes, virales ou médicamenteuses, d’autre part les maladies chroniques, en particulier les hépatites virales chroniques B et C, quelquefois les maladies auto-immunes et l’hémochromatose, toujours les carcinomes hépatocellulaires et la transplantation hépatique.

La prise en charge s’appuie donc sur une consultation spécialisée, un haut degré de technicité dans les lits d’hospitalisation médico-chirurgicaux, des radiologues en capacité de faire l’imagerie interventionnelle et des anatomopathologistes référents.

Le CHU a de plus développé dans ce domaine un réseau ville-hôpital appelé Prométhée et un système de visioconférence mensuelle avec l’ensemble des hôpitaux de l’Arc Alpin (Annecy, Chambéry, Gap, Briançon, Valence, Montélimar, Thonon les Bains), permettant de discuter des dossiers les plus difficiles, d’inclure des malades dans des protocoles, et d’organiser le suivi. Pour le carcinome hépatocellulaire et la transplantation hépatique, une Réunion de Concertation Pluridisciplinaire (RCP) est organisée mensuellement, permettant de discuter les dossiers et d’acter la mise sur liste lorsque le bilan a été terminé. Il faut ajouter que la prise en charge post-opératoire des malades transplantés justifie une réanimation spécialisée.

La recherche clinique et pré-clinique a été développée dans tous les domaines à l’aide de constitution d’une base de données, d’une sérothèque et d’une tissuthèque qui a permis un très grand nombre de publications internationales. La recherche pré-clinique est effectuée à l’Institut Albert Bonniot, dirigé par le Pr Pierre Hainaut, dans l’unité U-823 coordonnée par le Dr Patrice Marche.

Grâce à une collaboration efficace avec les médecins de ville et les médecins des hôpitaux, le recrutement en termes de pathologies complexes n’a cessé de s’accroitre au cours des dernières années comme en témoigne le nombre de transplantation hépatique qui a été, en 2014, de 58. Pour poursuivre dans cette collaboration, nous sommes en phase de formation des médecins gastroentérologues des hôpitaux correspondants qui pourront suivre, après greffe, les malades dans leurs hôpitaux respectifs, éviter des transports trop nombreux et s’aider de la visioconférence.

En conclusion, les maladies du foie constituent une expertise du CHU de Grenoble. Elles sont un exemple de prise en charge spécifique s’appuyant sur une expertise avec une clinique, un enseignement et une recherche de grande qualité. Comme on le voit, le CHU doit se positionner dans ses missions de recours mais avec un maillage strict et rigoureux avec les médecins généralistes et spécialistes de l’agglomération grenobloise, de même que ceux des hôpitaux de l’Arc Alpin ce qui doit permettre à terme, de s’inscrire dans l’ensemble des futurs Groupements Hospitaliers de Territoire (GHT).

Pr Jean-Pierre Zarski
Clinique Universitaire d’hépato-gastroentérologie – Pôle DIGIDUNE
Unité INSERM /UJF U823 IAPC Institut Albert Bonniot
CHU de Grenoble – CS 10217 – 38043 GRENOBLE CEDEX 9
Tél. 04 76 76 54 41

Pour plus de renseignements sur les hépatites, cliquez ici.

Dernière mise à jour le 17/03/2016